27 septembre, 20’000 pas, 15 Km parcourus, Auckland-Te Puia

maoriAprès une nuit très courte, nous partons au centre d’Auckland pour accomplir notre première marche préparatoire avant le grand départ le 2 octobre. Plus de 250 personnes se sont déjà rassemblées et je trouve déjà ce que j’étais venue chercher : une forme de communion interculturelle autour de valeurs universelles. Je suis entourées de diversité culturelle et pourtant, nous marchons dans la même direction. Je vois des enfants, des Maori, des Tamouls, des parents néo-zélandais, des Américains, des Italiens, des Espagnols, des Argentins, des Indiens et j’en passe. Je suis très émue de cette mixité qui s’entend et fraternise avec intensité. Nous parcourons 7 kilomètres bercés par des chants et musiciens maori. Nous traversons un parc aux arbres gigantesques et verdoyants. Notre guide et organisateur de la Marche en Nouvelle-Zélande, Alyne Wayne, nous explique qu’une variété en particulier, au tron élancé, dur et long, se prête depuis toujours à la fabrication de mâts de bateaux.

Je souffre de jet-lag mais je me cramponne. Pour l’instant, l’ambiance est excellente entre les marcheurs de l’équipe de base surtout avec mes compagnons francophones, Pierre et Gérard. Le premier vient de finir ses études en Belgique. Le second est cocher à Honfleur et il me fait mourir de rire. Dans l’après-midi, nous sommes accueillis par l’honorable communauté Maori « Te Puia » dans la vallée Whakarewarewa, haut-lieu d’énergie, de geysers, de sources d’eau chaude et berceau du patrimoine maori qui vient d’adhérer à la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence. C’est une belle nouvelle car, à l’image des Amérindiens, ce peuple est resté le gardien de valeurs spirituelles très puissantes. Mes camarades masculins sont invités par les chefs maori à pousser des cris de guerre et à tirer la langue selon leurs traditions. Un simulacre auquel ils se plient de bon cœur devant un public hilare.

Notre chauffeur fait une halte pour faire le pleine et se trompe d’essence. Il met de la « sans plomb » au lieu de Diesel… Nous devons pousser le mini-bus sur la pelouse pour le faire quitter la route. Nous arrivons à notre hôtel passé minuit, épuisés mais comblés.

2 Responses to 27 septembre, 20’000 pas, 15 Km parcourus, Auckland-Te Puia

  1. Isabelle 29 septembre 2009 at 10 h 13 min #

    Isa, j’adoooore te lire… j’ai l’impression d’y être ! MERCI !

    Si tu continues comme ça, je prends un billet et j’arrive !!!!! !-)

    • isabelle 29 septembre 2009 at 21 h 51 min #

      Mille mercis mon Isabelle! Désolée, je suis tellement accaparée que je n’ai pas encore eu le temps de publier ton adorable message. C’est intense mais fabuleux! Et ce n’est que le début… Je pense très fort à toi! Isabelle

Laisser un commentaire

*