28 septembre, 23’456 pas, 16,650 Km, Auckland-Wellington

Pierre, 25 ans, diffuse à sa manière le message de la paix

Pierre, 25 ans, diffuse à sa manière le message de la paix

Aujourd’hui, notre groupe s’est divisé en deux : le premier est resté à l’hôtel pour travailler, envoyer communiqués de presse, photos et vidéos. Le second a fait des sports extrêmes et visité des canyons car la Marche mondiale a été sponsoriée par l’Office de tourisme néo-zélandais. Snif… j’ai raté le saut à l’élastique ou la tirolienne au-dessus des gorges. Mais bon, il pleuvait des cordes, mes regrets sont moindres… Nos deux compagnes de 90 ans, deux anciennes militantes pacifistes, ont hésité à faire le grand saut mais ont préféré finalement se rétracter pour sauter le jour de leur 90 ans, dans deux mois !

Pierre, le Belge, a sauté avec le drapeau de la Marche! « Tous les moyens sont bons pour diffuser notre message » a déclaré le jeune homme ravi.

Nous roulons en direction de Wellington. Il y a des moutons à perte de vue. Je n’ai jamais vu autant de moutons de ma vie! Partout, sur chaque colline, dans chaque champ et pré. Je comprends pourquoi l’agriculture est la première source de revenu dans ce pays. Les paysages sont grandioses, très vallonnés et verdoyants.

Après 6 heures de route, nous sommes reçu dans la soirée par une famille maori dans une étonnante maison toute en bois, construite à 95% en matériau recyclé. J’ai l’impression de passer la nuit chez un vieux brocanteur, entourée de mille et un bibelots insolites, de la tête de cerf au mur, aux paniers de pêcheurs en passant par des photos de hippies. Les murs sont peints et décorés de fresques. Un petit poêle crépite, il fait froid et il pleut en ce moment à Wellington. Le maître de maison, un vieillard à la longue barbe et chevelure blanche, nous bénit avec des prières dans sa langue et nous salue à la manière maori, en nous frottant le nez et en nous touchant le front. Il nous rappelle combien nous faisons tous Un et que l’Unité est fondamentale dans le progrès humain. Nous sommes invités à dormir tous ensemble sur des matelas dans une pièce immense. Je ne ferme pas beaucoup l’œil, je dors à côté du seul ronfleur du groupe. Nos journées sont intensives mais déjà inoubliables. Et dire que ce n’est que le début…

Nous sommes salués à la manière maori, frotti frotti de nez et de front. Exquis!

Nous sommes salués à la manière maori, frotti frotti de nez et de front. Exquis!

No comments yet.

Laisser un commentaire

*