Une marche pour la paix à géométrie variable à Kyoto (Japon)

C’est encore une toute autre expérience que de marcher aux côtés d’anciens combattants japonais reconvertis, de femmes militants pour leurs droits, de syndicats exigeant le démantèlement des bases américaines sur l’île, de maîtres d’école revendiquant la démocratisation des écoles et de pacifistes de tous poils qui hurlent des slogans en japonais par haut-parleurs dont nous n’avons rien compris ou presque… Nous avons juste pris conscience que certaines revendications n’étaient pas les nôtres et relevaient de la politique locale. Les risques d’instrumentalisation ne sont pas moindres au cours de cette Marche mondiale mais nous avons peu de moyens de nous en protéger, surtout dans une langue étrangère qui nous échappe complètement. Nos amis japonais auraient pu défiler contre le porc mexicain ou le s manteaux de fourrures en Chien-Chilla, c’était bonnet blanc et blanc bonnet pour nous! Mais si nous devions commencer à trier les organisations aux côtés desquelles nous marchons, nous n’en nous sortirions plus et ne prendrions jamais aucun départ! Le tout est de le savoir et de marcher dans cette conscience, avec bienveillance et une bonne dose d’humour!

J’ai fait le choix d’éditer des vidéos plus spontanées et personnelles que les vidéos officielles réservées pour la presse de notre cameraman  professionnel Alvaro Orus. Notre travail est complémentaire (il m’a surnommée « Camera 2 » et lui est « Camera 1 ») et nous avons beaucoup de joie à travailler ensemble selon nos deux sensibilité. Dommage que « Camera 1 » quitte l’équipe de base à Helsinski. Je vais me sentir orpheline et qui pour le remplacer?

En attendant, je continue à me donner pour tâche de capter l’amour qui passe entre les hommes et les femmes que nous rencontrons tout comme des instants de complicité entre nous, les membres de l’équipe de base. J’essaie de piéger, comme dans un filet à papillon, ces moments de fraternité universelle qui font de nous un seul peuple sur la terre. Et au Japon, au-delà de la barrière linguistique, une immense sensibilité et tendresse pour ce peuple plein de raffinement et de sagesse a coulé dans nos veines. Nous repartons les yeux pleins de cerisiers en fleurs (même si ce n’est pas la saison!) 😉

No comments yet.

Laisser un commentaire

*